À quel sein se vouer?

Ces manifestantes font partie du groupe contestataire féministe d'origine ukrainienne appelé Femen. Ce mouvement est reconnu pour organiser des actions, les seins nus, pour défendre les droits des femmes et s'opposer à la prostitution et aux religions brimant les femmes.

La cellule québécoise des Femen en avait contre le crucifix qui orne les murs de l'Assemblée nationale. Ses membres trouvent que l'objet date de la grande noirceur et qu'il est un souvenir douloureux, spécialement pour les femmes. À chacun sa vision du symbole religieux. Madonna, elle, trouve le crucifix sexy, car il y a un homme nu dessus. D'ailleurs, mardi, la seule personne qui était vêtue comme les Femen à l'Assemblée nationale était, justement, le petit Jésus sur sa croix. Jésus serait-il le un manifestant d'avant-garde? Vite, appelons Second regard.

De notre côté ce matin, nous nous en tiendrons à une réflexion simple sur l'effet des seins. Les Femen ont-elles vraiment besoin de les montrer pour se faire entendre?

Il semble que oui.

Imaginons qu'une femme se serait levée au balcon de l'Assemblée et aurait dit: Je suis contre le crucifix. En aurait-on parlé aux nouvelles? Sûrement pas.

Imaginons qu'une femme se serait levée au balcon et aurait crié:JE SUIS CONTRE LE CRUCIFIX! Le cri est une bonne façon d'attirer l'attention.On en aurait peut-être parlé rapidement.

Imaginons qu'une femme se serait levée au balcon et aurait crié: CRUCIFIX, DÉCÂLISSE! La formule choque. On en aurait sûrement parlé dans les médias. Un petit peu. Avec photo? Pas certain.

Ce dont les Femen s'assurent en se dénudant, c'est d'avoir plus d'espace médiatique, d'avoir une photo pour illustrer leurs propos. D'ailleurs, elles ne prennent pas de risque, elles l'écrivent sur leur torse. Comme ça, si les journaux ne font que publier la photo de leur geste, sans article, comme plusieurs l'ont fait, au moins, les lecteurs connaissent leur revendication.

Moi, ce qui me choque, en regardant la photo des évènements de cette semaine, ce ne sont pas les manifestantes dénudées, ce sont les agents de sécurité tentant de les maîtriser. Lâchez-les! Personne n'est en danger. Leurs seins ne vont pas exploser. Soyez des gentlemen. Attendez qu'elles aient fini. Regardez ailleurs. Allez prendre un café. Surtout, ne leur sautez pas dessus! C'est un manque de galanterie. Ça donne une photo scabreuse. Il y a quelque chose de malsain, de presque sado-maso, à voir un homme habillé en policier faisant une clé de bras à une femme déshabillée. En les arrêtant, on donne une image confirmant ce qu'elles avancent: la soumission des femmes aux hommes. On aurait dû les laisser crier jusqu'à ce qu'elles se lassent. Après tout, leur langage n'était pas plus scandaleux que bien des choses qui se disent dans cette enceinte.

Vous me direz que si on les laisse faire, tous les contestataires vont venir se mettre tout nus tous les jours à l'Assemblée, pour exprimer leurs idées, et nos députés ne pourront plus siéger. Est-ce si grave? On saurait enfin que le Salon bleu s'appelle ainsi, dans le sens de Bleu nuit.

Je ne comprends pas qu'en 2013, on puisse être encore choqué par ce que les gens font avec leurs corps. Que les Femen montrent leurs seins pour faire parler d'elles ou que Miley Cyrus agite son derrière pour vendre des albums, c'est de leurs affaires. Vous aimez? Tant mieux pour vous. Vous n'aimez pas? Changez de poste.

Ce qui est scandaleux, c'est quelqu'un qui blesse le corps d'un autre, pas quelqu'un qui exhibe le sien. Un nez aussi, c'est fait en peau et ça ne dérange personne. La peau des fesses ou des seins, c'est la même peau. Ça ne devrait pas vous étonner, vous en avez vous aussi.

Tant que les Femen créeront l'émoi en se montrant topless, elles auront raison. Il y a quelque chose qui cloche dans la perception de la femme. Au fond, la religion qu'elles dénoncent, c'est une religion universelle: la religion de la culpabilité. Des gens mal dans leur peau imposent de faux interdits pour que tout le monde le soit aussi. Ce qu'il faudrait écrire sur nous, c'est: HAINE, DÉCÂLISSE!

Parce qu'entre vous et moi, le crucifix dans tout ça, je crois qu'il s'en...

Pour joindre notre chroniqueur: stephane@stephanelaporte.com

Via: lapresse.ca


Short link: [Facebook] [Twitter] [Email] Copy - http://whoel.se/~Rg8EB$4H0

This entry was posted in FR and tagged on by .

About FEMEN

The mission of the "FEMEN" movement is to create the most favourable conditions for the young women to join up into a social group with the general idea of the mutual support and social responsibility, helping to reveal the talents of each member of the movement.

Leave a Reply