Amina : "Ils m’ont donné des médicaments à haute dose"

"Ils m'ont emmenée dans la cuisine pour voir si j'étais toujours vierge". Dans une vidéo diffusée par le mouvement Femen ce lundi 15 avril, la Tunisienne Amina explique qu'elle a réussi à échapper à sa famille, qui l'avait kidnappée et la retenait bel et bien contre son gré après la diffusion de photos d'elle seins nus.

La jeune militante avait fait scandale en publiant sur Facebook des clichés d'elle la poitrine barrée des mots "mon corps m'appartient, il ne représente l'honneur de personne", ou encore "Fuck your morals", affichant ainsi son soutien au groupe féministe Femen. Après cette publication et les menaces de mort de salafistes, Amina était rapidement devenue injoignable, avant d'être localisée dans la maison de sa tante, où les Femen la disaient retenue de force et sédatée.

"J'étais au café avec des amis lorsque mon cousin est entré", raconte à présent Amina dans une conversation Skype avec Inna Chevtchenko, la cheffe de file des Femen en France, qui a enregistré et diffusé la conversation. "Il m'a attrapée et violemment poussée par terre (…) ils [son cousin et son oncle, NDLR] m'ont poussée dans une voiture, pris mon téléphone portable et emmenée chez ma tante".

Les coups pleuvent. Le cousin d'Amina casse la puce de son portable. Elle est ensuite amenée chez un psychiatre, avant de subir un examen de virginité chez sa grand-mère. Puis c'est la captivité et "les leçons de morale" : "Ils m'ont obligée à lire le Coran. Ils m'emmenaient chez l'imam tous les jours", poursuit la jeune femme.

Amina est ensuite déplacée dans un village, où elle restera deux semaines – malgré une première tentative de fuite. "Ils m'ont donné des médicaments à haute dose", confirme-t-elle.

Une équipe travaillant pour Canal + avait réussi à rencontrer la jeune fille dans un reportage diffusée samedi 6 avril. Elle y apparaissait apathique et disait condamner l'action des Femen devant la Grande Mosquée de Paris, qui lui était dédiée : "Elles n'ont pas insulté un certain type de musulmans, les extrémistes, mais tous les musulmans", y déplorait-elle. 

"Ils m'ont poussée à dire ça", explique aujourd'hui Amina. "Je n'avais même pas vu cette action, je n'étais pas autorisée à aller sur Internet". 

Quand on lui demande si elle veut quitter le pays de peur d'être retrouvée par sa famille ou malmenée par les salafistes, elle répond : "Je ne veux pas partir avant d'avoir fait une action seins nus. Après seulement, je quitterai la Tunisie !'". 

"Il n'y eu jamais d'histoire de kidnapping"

De son côté, la mère d'Amina affirme que sa fille a simplement fugué : "Ma fille a quitté vendredi à notre insu la maison et nous ne savons pas depuis où elle se trouve", assure-t-elle. "J'ai peur pour ma fille qui suit un traitement psychiatrique depuis six ans".

"Des parties instrumentalisent l'histoire de ma fille au détriment de son intérêt (...). Il n'y eu jamais d'histoire de kidnapping, nous essayons simplement de protéger notre fille en refusant de la laisser sortir toute seule par mesure de sécurité."

En théorie, Amina s'expose à des poursuites pour "atteintes aux bonnes moeurs" - elle risque six mois de prison. Les Femen ont lancé une vaste campagne de soutien pour la jeune femme, à laquelle a riposté un mouvement de musulmanes.

L.T.

Open all references in tabs: [1 - 7]

Via: tempsreel.nouvelobs.com


Short link: [Facebook] [Twitter] [Email] Copy - http://whoel.se/~rllLH$2dn

This entry was posted in FR and tagged on by .

About FEMEN

The mission of the "FEMEN" movement is to create the most favourable conditions for the young women to join up into a social group with the general idea of the mutual support and social responsibility, helping to reveal the talents of each member of the movement.

Leave a Reply