Des féministes se mobilisent contre la prostitution à Paris

800px-FEMEN_15_oct_2012-i_photo_Joseph Paris

« MLF, Femen: deux générations contre la prostitution! »: près d’une vingtaine de féministes se sont manifestées ce vendredi devant l’Assemblée nationale pendant que les députés avaient adopté la proposition de loi concernant la lutte contre la prostitution, avaient remarqué les journalistes de l’AFP.

Les féministes étaient habillées d’un t-shirt blanc et d’un bas noir ainsi que d’un short pour les plus jeunes et d’un pantalon pour les plus âgées. Elles étaient une vingtaine d’activistes issus du Mouvement de libération des femmes et des Femen. Elles se sont mobilisées pour la première fois ensemble côte à côte en criant: « Le corps n’est pas une marchandise. Non, non, non à la prostitution ! » « On est là pour apporter notre soutien à la pénalisation des clients et au gouvernement qui soutient cette loi », avait expliqué Pauline Hilliern porte-parole des Femen.

Les Femen sont venues dévêtues comme à l’heure habitude devant l’Assembéle national, en inscrivant sur leurs poitrines les messages: « Pas de demande, pas d’offre! » ou « ni objet, ni esclave ».

Les prostituées s’étaient mobilisées contre les dispositions la veille, en expliquant que le fait de verbaliser les clients inciterait les femmes à agir dans la clandestinité et que ce serait une « opportunité pour les proxénètes et les trafiquants ».

« Allez dire ça aux petites Congolaises de 14 ans qui font des pipes à 5 euros à Château d’Eau (quartier populaire du nord de Paris, ndlr). La prostitution choisie ne représente qu’un pour cent des prostitué(e)s. C’est la misère qui amène à la prostitution », a expliqué Pauline Hillier, des Femen.

L’Assemblée nationale a encore une fois adopté la loi sur la pénalisation des clients des prostituées. Le texte devrait être examiné par le Sénat ne comporte plus le délit de racolage passif mis en place en 2003, par Nicolas Sarkozy.

L’achat d’actes sexuels sera ainsi condamné au paiement d’une contravention de 1 500 euros. « L’abolition, ça passe par la reconnaissance que le client a une part active dans ce système », a dit Élisabeth Nicoli, porte-parole du MLF.

Le texte envisage également la mise en place d’un parcours de sortie de la prostitution, ainsi que des mesures d’accompagnement et le renforcement de la lutte contre le proxénétisme, et la politique de prévention des jeunes.

crédit photo: Joseph Paris

Via: sharknews.fr


Short link: [Facebook] [Twitter] [Email] Copy - http://whoel.se/~UpW5L$6An

This entry was posted in FR and tagged on by .

About FEMEN

The mission of the "FEMEN" movement is to create the most favourable conditions for the young women to join up into a social group with the general idea of the mutual support and social responsibility, helping to reveal the talents of each member of the movement.

Leave a Reply