Expulsées, les Femen menacent d’occuper une église

femen-19-avril-2014-devant-locaux-mouvement-feministe-occupe-a-clichy-1598477-616x380La Justice a décidé l'expulsion des Femen, qui séjournaient illégalement dans un local depuis novembre 2013. Loin d'être dépourvues, les militantes abattent de nouvelles cartes.

Quand un tribunal les expulse, les Femen menacent de squatter une église.

Lundi 30 juin, le tribunal d'instance d'Asnières a sommé le groupe activiste féministe de quitter "sans délai" les bâtiments qu'elles occupaient illégalement à Clichy-la-Garenne.

Lors de l'audience du 26 mai, l'avocat du SIAPP, syndicat propriétaire des locaux occupés par les activistes féministes, réclamaient leur expulsion immédiate  : "Elles ont pénétré de force dans le bâtiment et cette occupation est dangereuse car les lieux sont vétustes, insalubres et amiantés". Alors que la sentence donne raison au syndicat, la force publique pourra être utilisée si les Femen refusent d'obtempérer. Les Femen se disent victimes d'"un traitement sévère", assurant néanmoins qu'elles n'opposeraient pas de résistance à l'expulsion.  Elles sont condamnées à verser 7.398 euros pour l'utilisation de l'électricité, et 1.500 euros dans le cadre de la procédure.

Les Femen envisagent de nouvelles options pour leur prochain QG : "Nous occuperons un église de Paris pour continuer notre action" a affirmé Inna Shevchenko, chef de file du mouvement. Les militantes aux seins nus, qui ont à leur actif de nombreuses provocations et des profanations d'églises parisiennes, ont adressé une supplique à la nouvelle occupante de l'Hôtel de Ville.

Lettre ouverte à Anne Hidalgo

"De féministes à féministe, de femmes à femme, de combattantes à combattante", dans une lettre ouverte, les Femen implorent l'aide de la maire socialiste de Paris. Alors qu'elles viennent de perdre leur QG, les Femen espèrent pouvoir compter une nouvelle fois sur son soutien. "Il y a un an, vous nous aviez envoyé un courrier de soutien", rappellent-elles à la mémoire d'Anne Hidalgo. Pour leur prochain QG, les huit jeunes féministes ont des vues ambitieuses, "pourquoi pas l'Hôtel de Ville de Paris".

Anne Hidalgo, qui s'était déclarée "émue" par les Femen, a finalement condamné leurs actions après une profanation dans l'église de la Madeleine en janvier dernier : "Je réprouve les méthodes qui visent à agresser les lieux de culte. Et je condamne avec la plus grande fermeté les méthodes des Femen", avait-elle déclaré.

Sources : Medias-Presse-Info, Le Parisien, Le Figaro, Aleteia

Lire également : Notre-Dame : les Femen échappent à une condamnation

Tags : A la une, action, Activistes, Anne Hidalgo, Dégradations, Eglise, églises, Expulsion, Femen, Féministes, Hotel de Ville, militantes, National, Notre Dame de Paris, politique, Procès, Religion, société

Article rédigé par Marguerite de Crécy

Open bundled references in tabs:

Via: radionotredame.net


Short link: [Facebook] [Twitter] [Email] Copy - http://whoel.se/~6wQ26$5DG

This entry was posted in FR and tagged on by .

About FEMEN

The mission of the "FEMEN" movement is to create the most favourable conditions for the young women to join up into a social group with the general idea of the mutual support and social responsibility, helping to reveal the talents of each member of the movement.

Leave a Reply