Femen devant l’ambassade d’Ukraine : jusqu’où la Marianne de …



La Plume à gratter

Femen
devant l’ambassade d’Ukraine : jusqu’où
la Marianne de François Hollande et ses
acolytes descendront-elles dans
l’abjection ?


Marc Leroy

Dimanche 1er décembre 2013


Concernant les Femen, On
croyait avoir tout vu en matière de
mauvais goût, de laideur, de vulgarité
avec l’opération qui avait ciblé la
manifestation Civitas contre le
Mariage pour Tous en novembre
2012 : déshabillées en nonnes,
barbouillées de slogans comme « occupe-toi
de ton cul
 », « fuck God » ou
« fuck church » (pour les non
anglophones : je baise Dieu et
l’église), elles avaient aspergé les
manifestants dont des femmes, des
vieillards et des enfants d’un liquide
blanchâtre baptisé « holly sperm »
(foutre béni).  Elles en avaient
quelques mois plus tard (en février
2013) remis une couche toute empreinte
de subtilité et de respect des
convictions des autres avec une autre
action d’éclat,

profanant cette fois la cathédrale Notre
Dame de Paris
pour je cite : « fêter
la démission de Benoît XVI
 ».
Arborant à nouveau sur leurs bustes
dénudés des slogans d’une classe et
d’une tolérance rare, elles avaient
investi la nef, hurlant sur les fidèles
et touristes présents, endommageant au
passage en leur tapant dessus les
nouvelles cloches de la cathédrale
entreposées au sol en attendant leur
prochaine installation dans les tours.
Le tout bien évidemment sans que, dans
un cas comme dans l’autre, la police de
monsieur Valls et la justice de madame
Taubira n’y trouvent rien à redire
(aucune interpellation n’a suivi ces
deux actions, et aucune poursuite n’a
été engagée à l’encontre des Femen
par le parquet). Et les plaintes privées
déposées depuis par Civitas et
l’évêché de Paris ont été repoussées aux
calendes grecques par les tribunaux de
la République.

Oui, on croyait avoir touché le fond
du mauvais goût et de la vulgarité… Mais
on était loin, très loin du compte. Sans
doute jalouses de leurs petites sœurs
russes en abjection, les Pussy Riot
qui se sont fait une formidable
réputation mondiale -et tout
particulièrement dans le petit monde
branchouille artistico-médiatique
français- notamment en se masturbant
avec des poulets morts dans les rayons
d’un supermarché ou en se faisant
prendre en levrette -et pour l’une
d’entre elles enceinte de plusieurs
mois- dans un musée sous les yeux
sidérés des visiteurs (les images de ces
exploits existent bel et bien sur
Youtube, pour ceux qui ne croient pas ce
qu’ils lisent ici, qui ont le cœur bien
accroché et voudraient le constater de
visu), sans doute jalouses donc et
dépitées qu’on ne parle plus trop
d’elles depuis quelque temps, les
Femen
viennent donc de se rappeler à
notre bon souvenir.

Ce dimanche 1er décembre
au matin, Inna Shevchenko et sa bande
d’hystériques se sont rendues devant
l’ambassade d’Ukraine à Paris. Là, les
cinq « féministes » bien-sûr dévêtues et
le buste peinturluré de slogans haineux
(et comme toujours en anglais), on
baissé leur culottes, se sont accroupies
et ont longuement uriné sur des photos
du président ukrainien Viktor
Ianoukovitch (démocratiquement élu,
rappelons-le tout de même), pour
protester contre la décision de celui-ci
de renoncer à l’accord de libre échange
avec l’Union Européenne et fustiger
l’influence exercée selon elles par le
président russe Vladimir Poutine sur le
gouvernement ukrainien. Inna Shevchenko
appelant par ailleurs et avec la grâce
qui la caractérise « le monde entier
à pisser sur les opinions de
Ianoukovitch et à le sortir du monde
politique
».

Comme pour leurs sorties précédentes
évoquées plus haut, que ceux qui voient
le rapport entre cette « manifestation »
d’une abjection rare et le combat
féministe (les Femen prétendent
l’être) n’hésitent pas à me contacter
pour éclairer ma lanterne… Car pour ma
part, j’ai eu beau chercher, et chercher
encore, j’ai lamentablement fait chou
blanc. Et il me semble donc que, pour
les quelques demeuré-es qui ne s’étaient
pas encore rendu compte de l’imposture,
le masque féministe (et avec la culotte)
devrait cette fois définitivement
tomber, même s’il n’est évidemment de
pire aveugle que celui qui ne veut pas
voir. Il est rappelons-le de notoriété
publique que les Femen sont
généreusement financées par des
officines et des fonds américains,
atlantistes et pro-Union Européenne
(dont l’Open Society Fundation du
milliardaire américain George Soros) qui
ont joué les tout premiers rôles dans la
fameuse révolution orange
d’Ukraine, et qui financent bien
évidemment encore très généreusement (en
leur fournissant notamment banderoles,
drapeaux, et autres matériels de
sonorisation) les manifestations qui ont
lieu en ce moment à Kyiv contre Viktor
Ianoukovitch et pour exiger l’entrée de
l’Ukraine dans l’Union Européenne.

Pour en revenir à ce qui s’est passé
à Paris ce matin, il est
particulièrement instructif de constater
qu’il est donc nettement plus admissible
en Hollandie de se balader à poil dans
les rues et de carrément pisser sur le
portrait d’un président démocratiquement
élu devant l’ambassade de son pays
pourtant censée être protégée par la
police française (quoique… J’aimerais
bien voir -par exemple- des activistes
pro-palestiniens pisser sur des photos
de Benjamin Netanyahu devant l’ambassade
d’Israël juste pour constater s’ils
bénéficieraient d’une telle mansuétude)
que de se promener dans les rues de
Paris ou d’ailleurs avec un sweatshirt
de la Manif pour Tous ou un
bonnet rouge : une fois leur exploit
accompli et après généreusement répondu
aux questions des journalistes présents,
les cinq Femen ont en effet pu
repartir tranquillement sans être
interpellées. La police de Manuel Valls
a l’arrestation et la garde à vue
décidemment très sélectives !

Quelle que soit l’ignominie de leurs
actions, qu’elles agressent des femmes
et des enfants, qu’elles profanent un
lieu de culte ou qu’elles outragent un
chef d’état devant son ambassade, les
Femen
sont donc totalement
intouchables en France socialiste. Il
est vrai qu’Inna Shevchenko et ses
consoeurs, défendues par maitre Patrick
Klugman (ex-président de l’UEJF),
adorées par

Caroline Fourest
ou

Charlie Hebdo
, peuvent
compter sur un sacré fan club dans le
parti à la rose : Malek Boutih, Najat
Vallaud-Belkacem, Mine Günbay, Adeline
Hazan leur ont par exemple déjà
ouvertement apporté leur soutien. Et
elles sont très généreusement hébergées
dans la capitale par Bertrand Delanoë
qui leur a fourni leur siège parisien.

Mais leur plus grand fan est sans
doute François Hollande lui-même. Car
rappelons-nous que

c’est bien notre chef de l’Etat actuel
qui a choisi en juillet 2013
pour je
le cite « illustrer son quinquennat »
le timbre d’usage courant conçu par
David Kawena et Olivier Ciappa dont la
Marianne est directement inspirée du
visage d’Inna Shevchenko. Olivier Ciappa
déclarant d’ailleurs avoir choisi de
s’inspirer de la patronne de Femen parce
qu’ « elle incarne le mieux les
valeurs de la République
(sic),
liberté, égalité, fraternité
 ».
Flambi déclarant carrément pour sa part
avoir choisi ce timbre parce que ses
créateurs avaient « voulu aussi
signifier à travers leur œuvre un
message d’égalité, de parité et de
diversité comme valeurs essentielles de
la France et de la République 
»,
ajoutant encore que « ce timbre
s’inscrira dans l’histoire comme la
Marianne de la Jeunesse
 »
C’est dire l’idée que notre président se
fait de la jeunesse.

Inna Sevchenko, ravie du choix
élyséen, n’avait alors pas manqué de
déclarer avec la finesse et le bon goût
qui la caractérise : « Les Femen sont
sur le timbre français. Maintenant les
homophobes, extrémistes, fascistes
devront lécher mon cul quand ils
voudront envoyer une lettre
 ».

« Un message d’égalité, de parité
et de diversité comme valeurs
essentielles de la France et de la
République
» a donc dit François
Hollande… A en pisser de rire, mais
uniquement pour ne pas avoir beaucoup
plus sûrement à en pleurer de honte et
de rage.

 Marc
LEROY – La Plume à Gratter

PS : au
moment où je vérifiais la bonne mise en
ligne de cet article, la citation de
La Plume
affichait sur mon écran
cette maxime d’Ernest Renan :  «
La bêtise humaine est la seule chose
qui donne une idée de l’infini 
».
Etonnant, non ? comme aurait dit Pierre
Desproges…

 



Manifestation Civitas - novembre 2012


Notre Dame
février 2013


Inna
Sevchenko choisie par François Hollande
pour incarner Marianne sur les timbres

Publié le 1er
décembre 2013 - Source :


La Plume à Gratter

 


Le sommaire de Marc Leroy


Les dernières mises à jour


Open all references in tabs: [1 - 9]

Via: palestine-solidarite.org


Short link: [Facebook] [Twitter] [Email] Copy - http://whoel.se/~uW54j$4Wc

This entry was posted in FR and tagged on by .

About FEMEN

The mission of the "FEMEN" movement is to create the most favourable conditions for the young women to join up into a social group with the general idea of the mutual support and social responsibility, helping to reveal the talents of each member of the movement.

Leave a Reply

Femen devant l’ambassade d’Ukraine : jusqu’où la Marianne de …



La Plume à gratter

Femen
devant l’ambassade d’Ukraine : jusqu’où
la Marianne de François Hollande et ses
acolytes descendront-elles dans
l’abjection ?


Marc Leroy

Dimanche 1er décembre 2013


Concernant les Femen, On
croyait avoir tout vu en matière de
mauvais goût, de laideur, de vulgarité
avec l’opération qui avait ciblé la
manifestation Civitas contre le
Mariage pour Tous en novembre
2012 : déshabillées en nonnes,
barbouillées de slogans comme « occupe-toi
de ton cul
 », « fuck God » ou
« fuck church » (pour les non
anglophones : je baise Dieu et
l’église), elles avaient aspergé les
manifestants dont des femmes, des
vieillards et des enfants d’un liquide
blanchâtre baptisé « holly sperm »
(foutre béni).  Elles en avaient
quelques mois plus tard (en février
2013) remis une couche toute empreinte
de subtilité et de respect des
convictions des autres avec une autre
action d’éclat,

profanant cette fois la cathédrale Notre
Dame de Paris
pour je cite : « fêter
la démission de Benoît XVI
 ».
Arborant à nouveau sur leurs bustes
dénudés des slogans d’une classe et
d’une tolérance rare, elles avaient
investi la nef, hurlant sur les fidèles
et touristes présents, endommageant au
passage en leur tapant dessus les
nouvelles cloches de la cathédrale
entreposées au sol en attendant leur
prochaine installation dans les tours.
Le tout bien évidemment sans que, dans
un cas comme dans l’autre, la police de
monsieur Valls et la justice de madame
Taubira n’y trouvent rien à redire
(aucune interpellation n’a suivi ces
deux actions, et aucune poursuite n’a
été engagée à l’encontre des Femen
par le parquet). Et les plaintes privées
déposées depuis par Civitas et
l’évêché de Paris ont été repoussées aux
calendes grecques par les tribunaux de
la République.

Oui, on croyait avoir touché le fond
du mauvais goût et de la vulgarité… Mais
on était loin, très loin du compte. Sans
doute jalouses de leurs petites sœurs
russes en abjection, les Pussy Riot
qui se sont fait une formidable
réputation mondiale -et tout
particulièrement dans le petit monde
branchouille artistico-médiatique
français- notamment en se masturbant
avec des poulets morts dans les rayons
d’un supermarché ou en se faisant
prendre en levrette -et pour l’une
d’entre elles enceinte de plusieurs
mois- dans un musée sous les yeux
sidérés des visiteurs (les images de ces
exploits existent bel et bien sur
Youtube, pour ceux qui ne croient pas ce
qu’ils lisent ici, qui ont le cœur bien
accroché et voudraient le constater de
visu), sans doute jalouses donc et
dépitées qu’on ne parle plus trop
d’elles depuis quelque temps, les
Femen
viennent donc de se rappeler à
notre bon souvenir.

Ce dimanche 1er décembre
au matin, Inna Shevchenko et sa bande
d’hystériques se sont rendues devant
l’ambassade d’Ukraine à Paris. Là, les
cinq « féministes » bien-sûr dévêtues et
le buste peinturluré de slogans haineux
(et comme toujours en anglais), on
baissé leur culottes, se sont accroupies
et ont longuement uriné sur des photos
du président ukrainien Viktor
Ianoukovitch (démocratiquement élu,
rappelons-le tout de même), pour
protester contre la décision de celui-ci
de renoncer à l’accord de libre échange
avec l’Union Européenne et fustiger
l’influence exercée selon elles par le
président russe Vladimir Poutine sur le
gouvernement ukrainien. Inna Shevchenko
appelant par ailleurs et avec la grâce
qui la caractérise « le monde entier
à pisser sur les opinions de
Ianoukovitch et à le sortir du monde
politique
».

Comme pour leurs sorties précédentes
évoquées plus haut, que ceux qui voient
le rapport entre cette « manifestation »
d’une abjection rare et le combat
féministe (les Femen prétendent
l’être) n’hésitent pas à me contacter
pour éclairer ma lanterne… Car pour ma
part, j’ai eu beau chercher, et chercher
encore, j’ai lamentablement fait chou
blanc. Et il me semble donc que, pour
les quelques demeuré-es qui ne s’étaient
pas encore rendu compte de l’imposture,
le masque féministe (et avec la culotte)
devrait cette fois définitivement
tomber, même s’il n’est évidemment de
pire aveugle que celui qui ne veut pas
voir. Il est rappelons-le de notoriété
publique que les Femen sont
généreusement financées par des
officines et des fonds américains,
atlantistes et pro-Union Européenne
(dont l’Open Society Fundation du
milliardaire américain George Soros) qui
ont joué les tout premiers rôles dans la
fameuse révolution orange
d’Ukraine, et qui financent bien
évidemment encore très généreusement (en
leur fournissant notamment banderoles,
drapeaux, et autres matériels de
sonorisation) les manifestations qui ont
lieu en ce moment à Kyiv contre Viktor
Ianoukovitch et pour exiger l’entrée de
l’Ukraine dans l’Union Européenne.

Pour en revenir à ce qui s’est passé
à Paris ce matin, il est
particulièrement instructif de constater
qu’il est donc nettement plus admissible
en Hollandie de se balader à poil dans
les rues et de carrément pisser sur le
portrait d’un président démocratiquement
élu devant l’ambassade de son pays
pourtant censée être protégée par la
police française (quoique… J’aimerais
bien voir -par exemple- des activistes
pro-palestiniens pisser sur des photos
de Benjamin Netanyahu devant l’ambassade
d’Israël juste pour constater s’ils
bénéficieraient d’une telle mansuétude)
que de se promener dans les rues de
Paris ou d’ailleurs avec un sweatshirt
de la Manif pour Tous ou un
bonnet rouge : une fois leur exploit
accompli et après généreusement répondu
aux questions des journalistes présents,
les cinq Femen ont en effet pu
repartir tranquillement sans être
interpellées. La police de Manuel Valls
a l’arrestation et la garde à vue
décidemment très sélectives !

Quelle que soit l’ignominie de leurs
actions, qu’elles agressent des femmes
et des enfants, qu’elles profanent un
lieu de culte ou qu’elles outragent un
chef d’état devant son ambassade, les
Femen
sont donc totalement
intouchables en France socialiste. Il
est vrai qu’Inna Shevchenko et ses
consoeurs, défendues par maitre Patrick
Klugman (ex-président de l’UEJF),
adorées par

Caroline Fourest
ou

Charlie Hebdo
, peuvent
compter sur un sacré fan club dans le
parti à la rose : Malek Boutih, Najat
Vallaud-Belkacem, Mine Günbay, Adeline
Hazan leur ont par exemple déjà
ouvertement apporté leur soutien. Et
elles sont très généreusement hébergées
dans la capitale par Bertrand Delanoë
qui leur a fourni leur siège parisien.

Mais leur plus grand fan est sans
doute François Hollande lui-même. Car
rappelons-nous que

c’est bien notre chef de l’Etat actuel
qui a choisi en juillet 2013
pour je
le cite « illustrer son quinquennat »
le timbre d’usage courant conçu par
David Kawena et Olivier Ciappa dont la
Marianne est directement inspirée du
visage d’Inna Shevchenko. Olivier Ciappa
déclarant d’ailleurs avoir choisi de
s’inspirer de la patronne de Femen parce
qu’ « elle incarne le mieux les
valeurs de la République
(sic),
liberté, égalité, fraternité
 ».
Flambi déclarant carrément pour sa part
avoir choisi ce timbre parce que ses
créateurs avaient « voulu aussi
signifier à travers leur œuvre un
message d’égalité, de parité et de
diversité comme valeurs essentielles de
la France et de la République 
»,
ajoutant encore que « ce timbre
s’inscrira dans l’histoire comme la
Marianne de la Jeunesse
 »
C’est dire l’idée que notre président se
fait de la jeunesse.

Inna Sevchenko, ravie du choix
élyséen, n’avait alors pas manqué de
déclarer avec la finesse et le bon goût
qui la caractérise : « Les Femen sont
sur le timbre français. Maintenant les
homophobes, extrémistes, fascistes
devront lécher mon cul quand ils
voudront envoyer une lettre
 ».

« Un message d’égalité, de parité
et de diversité comme valeurs
essentielles de la France et de la
République
» a donc dit François
Hollande… A en pisser de rire, mais
uniquement pour ne pas avoir beaucoup
plus sûrement à en pleurer de honte et
de rage.

 Marc
LEROY – La Plume à Gratter

PS : au
moment où je vérifiais la bonne mise en
ligne de cet article, la citation de
La Plume
affichait sur mon écran
cette maxime d’Ernest Renan :  «
La bêtise humaine est la seule chose
qui donne une idée de l’infini 
».
Etonnant, non ? comme aurait dit Pierre
Desproges…

 



Manifestation Civitas - novembre 2012


Notre Dame
février 2013


Inna
Sevchenko choisie par François Hollande
pour incarner Marianne sur les timbres

Publié le 1er
décembre 2013 - Source :


La Plume à Gratter

 


Le sommaire de Marc Leroy


Les dernières mises à jour


Open all references in tabs: [1 - 9]

Via: palestine-solidarite.org


Short link: [Facebook] [Twitter] [Email] Copy - http://whoel.se/~uW54j$4Wd

This entry was posted in FR and tagged on by .

About FEMEN

The mission of the "FEMEN" movement is to create the most favourable conditions for the young women to join up into a social group with the general idea of the mutual support and social responsibility, helping to reveal the talents of each member of the movement.

Leave a Reply