Femen, Le Pen et tartelettes : le second tour des départementales à …

Hénin-Beaumont s’est réveillée une heure plus tôt pour le deuxième tour des élections départementales. A l’heure d’été, mais sous la pluie. Au bureau de vote n12, on tente d’oublier le temps maussade et le sommeil perdu. Pour tromper le ciel, un soleil a même été peint au fond de la cour de l’école Jean-Jacques-Rousseau.

Il est à peine 8 h 30, et une dizaine d’électeurs matinaux a déjà choisi entre les deux bulletins, Parti socialiste (PS) ou Front national (FN), présentés devant un collage enfantin sur les fonds marins. « C’est calme », constate Valérie, l’assesseuse de gauche. « Ne t’inquiète pas, à 11 heures, il y aura de l’animation », s’amuse la secrétaire. C’est l’heure qu’a choisie Marine Le Pen, la présidente du Front national, pour venir voter parmi les 1 293 inscrits de ce bureau. Au premier tour, le binôme de son parti a devancé de près de 16 points celui des socialistes dans le canton d’Hénin-Beaumont 1.

Lire aussi le reportage : Dans le Pas-de-Calais, « on est passés de Jean Jaurès à Jean-Marie »

« Les journalistes, c’est derrière les barrières »

Plus de deux heures avant son arrivée, la chaîne d’information en continu BFM-FM installe déjà son antenne. La candidate frontiste du canton voisin d’Hénin-Beaumont 2, Aurélia Beigneux, préside le bureau de l’école Jean-Jacques-Rousseau. Elle sait déjà qu’elle va devoir contenir les photographes : « Les journalistes, c’est derrière les barrières ! » Une électrice acquiesce. Elle rappelle qu’au dépouillement du premier tour, à la salle des fêtes d’Hénin-Beaumont, « on était écrasés par les caméras ». Pour le moment, les cinq isoloirs n’ont pas encore été remplis par plus de deux personnes à la fois.

Les conversations de la petite équipe sont entrecoupées par les mêmes gestes répétés à chaque nouvel entrant. « Bonjour ! Numéro 858. A voté. Merci ! Bon dimanche ! » Dounyazade, l’assesseuse de droite, distribue des tartelettes aux fruits. Et sa consœur de gauche profite d’un des nombreux moments de calme pour annoncer qu’elle va être « à nouveau tata ».

Enfin, peu avant 10 heures, la queue s’allonge. Cinq personnes attendent derrière un homme qui s’est trompé de case d’émargement. « Il faut le mettre au procès-verbal, si jamais ils contestent. » La présidente veut être irréprochable. En attendant, une électrice attend patiemment que l’on trouve son nom. La semaine dernière, elle n’a pas pu voter. Arrivée à 18 heures dans une autre école de la ville où elle avait l’habitude de voter, elle a appris qu’elle avait changé de bureau de vote. Trop tard.

Les Femen, moustachues et seins nus

Dans le bureau de vote numéro 12 d'Hénin-Beaumont, dimanche 29  mars.

Les isoloirs commencent à se remplir par séries de cinq. Sans compter les chiens et les enfants qui s’y succèdent, ou ceux qui tentent de l’éviter. « Ah non, monsieur, il faut passer par l’isoloir ! » La présidente tente de garder un semblant d’organisation alors que photographes et caméramans se placent pour capturer le moment qui les a réunis. Il reste trente minutes avant l’arrivée de Marine Le Pen, et de l’autre côté de la salle le journaliste de BFM fait les cent pas en récitant son texte.

Mais ce sont d’autres pas qui font courir les journalistes hors de la salle. Ceux de la marche militaire des Femen, dont le chant « Marine, nous voilà ! » est accompagné du bruit de leurs bottes. Moustachues et seins nus, les six jeunes femmes tiennent des pancartes « Je suis fasciste », copiées sur celles brandies après l’attentat contre Charlie hebdo.

Les Femen avant l'arrivée de Marine Le Pen à Hénin-Beaumont, dimanche 29 mars.

« Elles vont attraper la crève », s’inquiète Valérie, alors que la marche des Femen s’éloigne déjà. Le bureau no 12 peut reprendre la sienne, pour quelques minutes seulement avant l’arrivée de celle qui a transformé l’école Jean-Jacques-Rousseau en salle de presse.

« La voilà ! »

10 h 59. Un couple entre, sans savoir qu’il précède de quelques secondes l’arrivée de Marine Le Pen. Ils voteront face à une dizaine de journalistes, qui les observent déposer leur bulletin.

« La voilà ! » Le signal est donné : les caméras se tournent vers l’entrée. La présidente du Front national entre, accompagnée de Steeve Briois, le maire frontiste d’Hénin-Beaumont. Marine Le Pen, no 554, vote au son des clics des photographes. La scène a duré à peine deux minutes, temps d’isoloir compris. Les journalistes et les politiques sont déjà sortis, laissant un homme à l’air perdu, enveloppe à la main, debout à côté des isoloirs.

Le bureau de vote no 12 d’Hénin-Beaumont peut reprendre une activité normale. Et Monique, voter sans photographe : « Une bonne chose de faite ! »

Marine Le Pen vote au bureau numéro 12 d'Hénin-Beaumont, dimanche 29 mars.

 

Via: lemonde.fr


Short link: [Facebook] [Twitter] [Email] Copy - http://whoel.se/~kytwV$5wa

This entry was posted in FR and tagged on by .

About FEMEN

The mission of the "FEMEN" movement is to create the most favourable conditions for the young women to join up into a social group with the general idea of the mutual support and social responsibility, helping to reveal the talents of each member of the movement.

Leave a Reply