Le Pen surfe sur la crise bretonne

"Les gens sont gentils." Dans le sillage de Marine Le Pen, en déplacement sur le marché de Fougères, samedi matin, une dame s’étonne de tant d’aménité envers la présidente du FN. La Bretagne, traditionnelle terre de résistance aux thèses du Front national, a réservé le meilleur accueil à la fille de Jean-Marie Le Pen. Après l’irruption de trois Femen sur la poitrine desquelles était inscrit "Marine repens-toi", des militantes vigoureusement plaquées au sol par le service d’ordre frontiste, la visite s’est déroulée sans autre incident.

Dans les rues de la sous-préfecture d’Ille-et-Vilaine, autrefois capitale du soulier féminin, les visages se tournent, souriants, vers celle qui est venue surfer sur ce qu’elle décrit comme"la situation apocalyptique de la Bretagne". Une région frappée par la crise, certes à retardement, mais de plein fouet. On ne compte plus les victimes dans les industries agroalimentaire et automobile. À cela vient se superposer l’écotaxe sur les poids lourds, perçue comme une injustice. 

"Si c’est pas elle qui nous sauve, alors qui?"

À Fougères, quasiment personne ne refuse les tracts bleu-blanc-rouge que l’eurodéputée dédicace à la demande. Quand un homme crie "facho", Marine Le Pen rit : "ça, c’est un argument réfléchi." Dans un incroyable renversement de situation, une militante FN soupire même : "Il y a toujours des cas." Son compagnon renchérit : "Encore un gauchiste à la con." Ici, en mai 2012, Hollande l’avait emporté avec 55, 59% des voix, Marine Le Pen recueillant pour sa part 12,24% des suffrages, 5 points au-dessous de la moyenne nationale. Mais c’était déjà presque deux fois plus que son père en 2007.

Et ce matin, celle qui chemine en Bretagne comme en terre de mission laisse derrière elle un chapelet de convertis. Ouvriers, petits retraités et même malades ou handicapés, ils sont venus à la rencontre de celle qui se rêve en madone des petites gens, tutoyant, étreignant, embrassant. Elle guérirait presque les écrouelles. "En espérant que le jour où vous serez au pouvoir, cela va vraiment changer", lui glisse un couple de personnes âgées, l’oeil humide. "Si c’est pas elle qui nous sauve, alors qui?", lâche une autre dame.

Marine Le Pen pense n’avoir qu’à se pencher pour ramasser les voix de "ceux qui ont été trahis par la gauche, qui les a mis en concurrence avec le monde entier". Plus tard, elle développe : "Les Bretons ont été plutôt préservés ces dernières années du problème de l’immigration massive, du problème de l’insécurité et du problème du chômage de masse. Or ces trois problématiques se posent à eux depuis maintenant un certain nombre de mois avec une acuité absolument terrible." Elle voit dans "l’effondrement de l’agroalimentaire un événement au moins aussi grave pour la Bretagne que l’ont été les fermetures de mines dans le nord de la France et dans l’Est".

Un échange avec Brice Hortefeux

Aux Bretons, elle lance que leur région "a peut-être un rôle historique à jouer lors des échéances électorales de 2014". Avant de reconnaître toutefois que le FN n’a aucun espoir de gain de ville en Bretagne, même si les listes seront beaucoup plus nombreuses qu’en 2008. La candidate à la présidentielle de 2012 (17,90%) prédit en revanche un résultat "spectaculaire" pour son parti dans l’Ouest aux prochaines élections européennes. En petit comité, la patronne du FN raconte avoir échangé avec son collègue Brice Hortefeux dans les couloirs du Parlement européen : "Le problème, c’est que vous défendez des gens qui n’ont pas besoin d’être défendus", lui a-t?elle lancé. "À l’UMP, ils pensent qu’ils n’ont qu’à attendre l’alternance, dans trois ans et demi, pour revenir au pouvoir, conclut-elle. Mais ils ne comprennent pas que le balancier est cassé."

Lire aussi :
L'interview du géographe Christophe Guilluy : "Le FN a une marge de progression immense dans l'ouest de la France"

Via: lejdd.fr


Short link: [Facebook] [Twitter] [Email] Copy - http://whoel.se/~IrOSN$4OZ

This entry was posted in FR and tagged on by .

About FEMEN

The mission of the "FEMEN" movement is to create the most favourable conditions for the young women to join up into a social group with the general idea of the mutual support and social responsibility, helping to reveal the talents of each member of the movement.

Leave a Reply