Les Femen lancent la "journée internationale du djihad topless"

Les Femen engagent une série d'action jeudi 4 avril, qualifiée "journée internationale du djihad topless", en soutien à la militante tunisienne Amina, menacée par l'extrémisme religieux dans son pays. Mercredi, trois militantes avaient brûlé le drapeau salafiste devant la Grande Mosquée de Paris.

Les activistes appellent ainsi à un rassemblement jeudi à 11 heures devant l’ambassade de Tunisie à Paris pour manifester leur soutien à Amina. Elles invitent aussi les femmes qui le souhaitent à enlever le haut et écrire "My Body Against Islamism" (mon corps contre l’islamisme) et de poster une photo sur le Facebook des Femen. Une tribune signée par plusieurs militantes féministes a également été publiée dans le journal "Libération".

Amina, 19 ans, a fait scandale en Tunisie en publiant mi-mars sur internet des clichés d'elle la poitrine nue barrée des mots "mon corps m'appartient, il ne représente l'honneur de personne", ou encore "Fuck your morals". En théorie, en agissant de la sorte, elle s'expose à des poursuites pour "atteinte aux bonnes moeurs", un délit passible de 6 mois de prison.

Un drapeau salafiste brûlé devant la Grande Mosquée

Trois féministes du mouvement des Femen avaient brûlé mercredi le drapeau salafiste devant la Grande Mosquée de Paris pour exprimer leur solidarité avec Amina et dénoncer les atteintes aux droits des femmes dans les pays arabo-musulmans. 

Les deux Françaises et une Tunisienne ont déployé le drapeau noir des salafistes barré de la "chahada", la profession de foi des musulmans, sur le parvis de la Grande Mosquée. Elles l'ont ensuite enflammé, alors que des membres du service de sécurité de l'édifice tentaient de les chasser à coups de pied. Selon leur mode opératoire habituel, les trois Femen ont agi seins nus. "Arab women against islamists", "Freedom for women", "Fuck your morals", avaient-elles écrit sur leur torse. 

"Dénoncer l'extrémisme religieux"

"Nous voulons dénoncer l'extrémisme religieux" musulman, a expliqué à la presse Inna Shevchenko, une des fondatrices ukrainiennes du mouvement, présente pendant l'événement qui n'a duré que quelques minutes. Pour la jeune femme, la Grande Mosquée de Paris a été prise pour cible car il s'agit d'un "lieu symbolique" de la religion musulmane. "Nous voulons aussi exprimer notre solidarité avec la militante tunisienne Amina que des salafistes ont appelé à lapider", a-t-elle ajouté. 

"Pourquoi se mettre nue comme ça ? C'est choquant ! ", a réagi auprès de la presse une fidèle venue prier à la Grande Mosquée. "Pour parler du salafisme, il faut le connaître, et non pas montrer ses fesses", a dénoncé un autre fidèle, qui s'est présenté comme un "musulman pratiquant".

R.M. avec AFP 

A LIRE dans "le Nouvel Observateur" du 4 avril : "Et Dieu créa les Femen", enquête sur ces activistes venues du froid qui désarçonnent par leurs "flash mobs" seins nus. Un groupuscule aux motivations aussi nébuleuses qu’un jour de blizzard.

 

A LIRE dans "le Nouvel Observateur" du 4 avril :

  • DOSSIER. Etudier, travailler à l'étranger : la tentation du départ. Témoignages et conseils pour s'expatrier, pays par pays.
  • Dans l'enfer des quartiers Nord de Marseille. Ici, la police n'entre qu'en force, le trafic de stupéfiants bat son plein et les "réseaux" jouent de la kalachnikov. Plongée dans les cités interdites.
  • Les rescapés d'In Amenas. Les expatriés qui ont survécu à l'attaque terroriste du site gazier algérien racontent.
  • PORTRAIT. Nick d'Aloisio, génie du mobile. A 17 ans, cet Anglais vient de vendre sa start-up à Yahoo!

Téléchargez et lisez le magazine en ligne : sur PC / Mac sur iPhone / iPad sur Android

 

Open all references in tabs: [1 - 9]

Via: tempsreel.nouvelobs.com


Short link: [Facebook] [Twitter] [Email] Copy - http://whoel.se/~Zg8EB$2W9

This entry was posted in FR and tagged on by .

About FEMEN

The mission of the "FEMEN" movement is to create the most favourable conditions for the young women to join up into a social group with the general idea of the mutual support and social responsibility, helping to reveal the talents of each member of the movement.

Leave a Reply