Les Femen : le féminisme porté aux nues

Déguisées en soubrettes ou en boxeuses, les Femen n’ont peur de rien. Au cri de « Nudité, Liberté?! », elles défilent dépoitraillées, une couronne de fleurs dans les cheveux, sous le regard médusé des passants honnêtes.

Rien ne semble pouvoir arrêter ces créatures provocantes et hurlantes qui bousculent l’ordre établi et choquent les bien-pensants à grands coups de slogans hostiles. Les Femen dénoncent pêle-mêle la prostitution, l’asservissement sexuel, la violence conjugale, le recul de la démocratie, les ingérences des Russes, les turpitudes des grands de ce monde, le patriarcat et l’oppression religieuse.

La « Révolution des tétons » déferle sur la France

La semaine dernière, les militantes à l’esprit sein ont installé le premier centre d’entraînement « d’un nouveau féminisme » dans le quartier de La Goutte d’Or à Paris. Encerclées par une foule de photographes au bord de l’apoplexie, elles ont paradé avec leurs poitrines peintes ou percées jusqu’au Lavoir moderne, nouveau QG parisien.

Venue d’Ukraine, la « Révolution des tétons » déferle aujourd’hui sur une France restée bloquée – à les en croire – à l’âge de pierre du féminisme. « L’heure d’un nouveau féminisme et de la révolution a sonné. Je ne pensais pas que les Françaises auraient besoin de nous, mais maintenant que nous sommes là, nous allons former une armée pour défendre les femmes du monde entier », lance la blonde et sulfureuse Anna Chevchenko, une des leaders ukrainiennes. Mais que font donc les Chiennes de garde??

Un côté bestial et trash assumé

Les Femen ont choisi de manifester torse nu pour « se réapproprier leur corps et l’assumer ». Oui mais, montrer ses seins pour attirer l’attention de l’opinion publique, n’est-ce pas précisément jouer le jeu de la phallocratie?? « Si le procédé choque, tant mieux, se défend une militante. En leur temps, les suffragettes américaines n’en espéraient pas moins. En manifestant seins nus, les filles accomplissent un acte de libération ».

Plus sauvages et libertaires que les autres mouvements féministes, les Femen assument un côté bestial et trash. Fondée en 2008 par l’Ukrainienne Anna Hutsol, l’organisation ne fait pas dans la dentelle.

Fin août, la pétulante Inna Chevchenko tronçonne une croix à Kyiv, sous l’œil des caméras, en soutien aux Pussy Riot emprisonnées par Poutine. Autoproclamée « sextrémiste », elle revendique un nouvel état d’esprit. « Elles montrent leurs nibards. C’est un bol d’air frais et ça change du féminisme donneur de leçons qui s’abreuve de Beauvoir et se la joue inquisition », commente Clémence, 28 ans, une sympathisante.

L’art de l’autodérision

Les Femen pratiquent l’art de l’autodérision et font preuve d’un sens aigu de la mise en scène. En octobre dernier, elles font le ménage sous les fenêtres de Strauss-Kahn, place des Vosges, à Paris, aux slogans de « Fuck me in Porsche Cayenne ». En mars, elles défilent devant le parvis des Droits-de-l’Homme pour défendre la liberté des femmes musulmanes aux cris de « Plutôt à poil qu’en burqa ». En Italie, elles décrient les « bunga bunga » de Berlusconi. Cet été, en Ukraine, elles dénoncent la traite des femmes lors de l’ouverture de l’Euro de football.

Accusées par certains d’être les suppôts de l’ex-Premier ministre Ioulia Timochenko, les Femen se défendent en brandissant l’étendard de l’indépendance. « Des partis politiques ont essayé de nous récupérer mais nous sommes toujours restées indépendantes et n’avons jamais véhiculé que notre propre idéologie. »

Malgré des dizaines d’arrestations, plusieurs séjours en prison, de nombreuses intimidations et autres menaces, les Femen sont bien décidées à ne pas baisser la garde. Il en faudra beaucoup plus pour les détourner de leur croisade « sextrémiste ». Au slogan de « Faites la guerre en faisant l’amour », l’armée de femmes nues recrute « des femmes de toute couleur, tout poids, tout âge, toute religion et toute forme de seins ». Avis aux intéressées…

Dans leur nouveau camp d’entraînement parisien, les Femen ambitionnent de mettre en place des cours pour apprendre aux volontaires à entretenir leur forme physique et « être capables de répondre aux forces de l’ordre lors des manifestations ». Les timides n’ont plus qu’à aller se rhabiller…

Dominique GARANDET

Via: lamontagne.fr


Short link: [Facebook] [Twitter] [Email] Copy - http://whoel.se/~aRinI$1iW

This entry was posted in FR and tagged on by .

About FEMEN

The mission of the "FEMEN" movement is to create the most favourable conditions for the young women to join up into a social group with the general idea of the mutual support and social responsibility, helping to reveal the talents of each member of the movement.

Leave a Reply