Les Femen ne font pas preuve de « pratiques sectaires », selon la …

Après diverses profanations de lieux de culte, notamment catholiques,  par des membres du groupe radical des Femen, le président du groupe d'études sur les sectes à l'Assemblée national, le député UMP Georges Fenech, convaincu que ce mouvement « se livrait  à des actions spectaculaires s'apparentant à des pratiques à caractère sectaire » avait, le 10 février,  sollicité l'avis de la Mission interministérielle de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) et demandé la dissolution du groupe.

Dans un courrier du 20 mars, le président de la Miviludes, Serge Blisko, tient certes à se montrer « vigilant » face aux agissements des Femen, et concède qu'ils ont « pu choquer une partie de l'opinion publique »,  mais apporte une fin de non-recevoir au député qui fut aussi son prédécesseur à la tête de cet organisme dépendant de Matignon. M. Blisko rappelle à M. Fenech - qui, étant donné son action depuis des années sur ces sujets, ne pouvait les ignorer -, l'ensemble des « critères d'appréciation de la dangerosité » et des « indices de perception des dérives », conçus par des commissions d'enquête et par la Mission elle-même pour déterminer ce qui relève de dérives sectaires.

Une dissolution qui relève du ministère de l'intérieur

Ainsi hormis de possibles « troubles à l'ordre public », les membres des Femen ne se sont donc a priori pas rendus coupables de « déstabilisation mentale, d'exigences financières exorbitantes, de rupture avec l'environnement d'origine, d'embrigadement des enfants, de refus de soins, d'important démêlés judiciaires, d'atteinte à l'intégrité physique, de détournement de circuits économiques traditionnels ou de tentatives d'infiltration des pouvoirs publics ».  En outre, précise, la Miviludes, ses services n'ont pas reçu de « signalement » relatif aux Femen.

Quant à la dissolution éventuelle de ce groupe, elle ne relève en aucun cas de la Miviludes, qui se garde bien d'y faire allusion,  mais du ministère de l'intérieur ce que M.Fenech, magistrat de formation, n'ignorait pas.

Stéphanie Le Bars



  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • Tumblr


Signaler ce contenu comme inapproprié

Open all references in tabs: [1 - 5]

Via: religion.blog.lemonde.fr


Short link: [Facebook] [Twitter] [Email] Copy - http://whoel.se/~kM5gC$4xt

This entry was posted in FR and tagged on by .

About FEMEN

The mission of the "FEMEN" movement is to create the most favourable conditions for the young women to join up into a social group with the general idea of the mutual support and social responsibility, helping to reveal the talents of each member of the movement.

Leave a Reply