L’homme qui a créé les Femen estime qu’elles ne sont que des "salo …

Une poignée de Femen est à Venise pour promouvoir le documentaire "Ukraine is not a brothel".

Deux des dirigeantes du mouvement ont confié en conférence de presse avoir fui l'Ukraine et être "heureuses d'être dans un endroit sûr aujourd'hui." "C'était nécessaire parce que la politique et les services secrets ukrainiens nous attaquaient durement. Maintenant, notre siège est à Paris et nous avons dix autres endroits où nous sommes présentes à travers le monde."

Que des jolies filles parce que ça fait vendre
Le documentaire présenté dans la journée à Venise a notamment révélé que le groupe féministe avait été fondé et contrôlé par un homme, Victor Svyatski. "C'est son mouvement", affirme la réalisatrice australienne Kitty Green. "Il est allé chercher les plus jolies filles parce qu'elles font vendre plus de papier. Les plus jolies filles ont droit à la première page. C'est devenu leur manière de faire pour vendre la marque."

Le film prétend que Svyatski est celui qui a envoyé les Femen dans une mission terrifiante au Bélarus. Elles ont été arrêtées, humiliées, dépouillées et abandonnées dans la forêt près de la frontière ukrainienne.

La réalisatrice dit avoir compris le rôle de cet homme "férocement intelligent" après avoir passé un an dans un petit appartement à Kyiv avec quatre membres des Femen. "Une fois que j'étais dans le cercle intime, je ne pouvais pas ne pas le connaître. Il est Femen." Kitty Green affirme que Svyatski est "horrible avec les filles. Il leur crie dessus et les traite de 'salopes'".

"Des salopes faibles"
Svyatski a, dans un premier temps, refusé d'être filmé. Mais Kitty Green est arrivé à ses fins. Dans le documentaire, il dit: "Ces filles sont faibles. Elles n'ont aucune force de caractère. Elles n'ont même pas le désir d'être fortes. Elles sont soumises, elles manquent de ponctualité et de bien d'autres choses qui les empêchent de devenir des militantes politiques. Ce sont des qualités qu'il fallait leur enseigner." Il estime que son influence sur les Femen est "positive" même s'il admet avoir fondé le mouvement "pour avoir des filles".

Une des militantes des Femen estime que la relation entre les filles et Svytaski ressemble au syndrome de Stockholm, qui veut que les otages ressentent de la sympathie pour leur ravisseur. "Nous sommes dépendantes psychologiquement de lui, même si nous savons que nous pourrions faire tout ça sans lui."

Via: 7sur7.be


Short link: [Facebook] [Twitter] [Email] Copy - http://whoel.se/~ocz1U$49F

This entry was posted in FR and tagged on by .

About FEMEN

The mission of the "FEMEN" movement is to create the most favourable conditions for the young women to join up into a social group with the general idea of the mutual support and social responsibility, helping to reveal the talents of each member of the movement.

Leave a Reply