Mariage homosexuel : la croisade des intégristes catholiques

Elles sont arrivées les seins nus, avec des coiffes de bonnes soeurs, pour contre-manifester "avec humour". L'humour trash des Femen, ces amazones topless venues d'Ukraine, n'a pas fait rire les partisans de l'Institut Civitas qui manifestaient dimanche devant le ministère de la Famille pour protester contre le projet de loi autorisant le mariage des couples homosexuels.

Défendant de façon fervente la laïcité, ces filles de la révolution orange sont inscrites sur le fichier Europol pour avoir sprinté en petite culotte contre "l'hypocrisie de régimes islamiques participant aux Jeux olympiques de Londres qui imposent des femmes voilées". Prostitution, corruption, tourisme sexuel, capitalisme, religion, elles entendent "partir en guerre contre le patriarcat et la dictature" et sont entraînées à "échapper aux policiers".

Les militantes féministes ont été prises à partie, tout comme des journalistes. Certaines ont été frappées en marge de ce défilé où se mêlaient de nombreux jeunes, des prêtres en soutane, des familles nombreuses et des militants d'extrême droite, brandissant pour certains des drapeaux bleu-blanc-rouge, des croix chrétiennes ou des banderoles siglées de fleurs de lys.

"Rechristianiser la France"

Ce sont "des extrémistes féministes et homosexuelles qui se sont présentées entièrement dénudées devant les enfants", vilipende Alain Escada, président du mouvement Civitas, qui oeuvre "à la reconquête politique et sociale visant à rechristianiser la France". Cet activiste belge, bouquiniste de métier, dont le passé politique est clairement ancré à l'extrême droite, s'est félicité dans un communiqué du "grand succès" de cette marche qui a rassemblé entre 9 000 et 18 000 personnes.

L'organisation, dont il a pris la tête en 2012, est l'héritière directe de la Cité catholique, fondée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale par Jean Ousset, disciple de Charles Maurras, théoricien du nationalisme intégral et proche de Mgr Marcel Lefebvre, archevêque catholique intégriste fondateur de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X. Civitas se présente comme un mouvement politique "inspiré par le droit naturel et la doctrine sociale de l'Église", "regroupant des laïques catholiques engagés dans l'instauration de la royauté sociale du Christ sur les nations et les peuples en général, sur la France et les Français en particulier".

Fervent opposant à François Hollande, "nuisible aux catholiques", Alain Escada mobilisait dès cet été ses adhérents, 1 200, selon les chiffres avancés par l'Institut, et ses sympathisants - environ 165 000 - à coups de tracts aux slogans attendus : "Le mariage = un homme + une femme", "Nous sommes tous des enfants d'hétéros" ; étonnants : "Aujourd'hui le mariage homo, demain la polygamie, STOP" ; ou encore cette photo prise de dos de deux hommes fesses nues tenant un drapeau arc-en-ciel sous-titrée : "Confieriez-vous vos enfants à ces gens-là ?"

"Travail de longue haleine"

À la différence des opposants au projet de loi qui se défendent de toute homophobie et s'inquiètent des dérives possibles liées à la filiation, Alain Escada réduit l'homosexualité à un "mauvais penchant qui nécessite d'être corrigé. Une personne qui a de tels penchants devrait être abstinente." L'homme, qui veut rassembler au-delà de son giron, se heurte à la méfiance des organisations catholiques, et plusieurs associations, dont l'Association des familles catholiques, lui ont damé le pion en organisant dès samedi la Manif pour tous, qui a rassemblé près de 100 000 personnes et s'est déroulée sans heurts.

Dès lors, des voix se sont élevées pour demander la dissolution de l'organisation Civitas. À l'instar de la députée PS de l'Hérault, Anne-Yvonne Le Dain, pour qui "ces gens qui prétendent défendre les valeurs du christianisme ont fait sauter sans honte ni vergogne un principe de base des sociétés humaines qui est qu'un homme ne frappe pas une femme".

Civitas a déjà annoncé une amplification de ses actions "dans les semaines qui viennent". "Le rétablissement d'un ordre chrétien est un travail de longue haleine", explique l'institut, dont la démarche de "reconquête se place dans une perspective à long terme".

REGARDEZ la manifestation de Civitas contre le mariage homosexuel

Open all references in tabs: [1 - 3]

Via: lepoint.fr


Short link: [Facebook] [Twitter] [Email] Copy - http://whoel.se/~zcNU7$1uU

This entry was posted in FR and tagged on by .

About FEMEN

The mission of the "FEMEN" movement is to create the most favourable conditions for the young women to join up into a social group with the general idea of the mutual support and social responsibility, helping to reveal the talents of each member of the movement.

Leave a Reply