Nos seins, nos armes

La critique TV de télérama du 02/03/2013

2T

D'elles, les Femen, les médias ne donnent souvent à voir que les seins nus, les plastiques fantasmées, le sens du happening. Et leurs actions d'agit-prop n'en finissent pas de susciter, au pire, blagues salaces, regards torves, éditoriaux pontifiants sur la bienséance. Au mieux, perplexités sur le casting des amazones féministes, interrogations sur leur stratégie, questionnements sur la pertinence de leurs cibles et la récurrence de leur mode opératoire, qu'il s'agisse de la Biélorusssie ou de la France...

 

 

Coréalisé par Nadia El Fani, cinéaste tunisienne menacée de mort par les radicaux islamistes de son pays pour, entre autres, Laïcité, inch'Allah, et Caroline Fourest (1) , le film, militant et clairement en empathie, s'emploie à raconter la genèse du mouvement, à exhumer, au-delà des clichés dépoitraillés, leur discours. Le confrontant au regard de féministes historiques du MLF, l'inscrivant dans le contexte de régression des droits des femmes au lendemain des « printemps » arabes.

Dénonciation du tourisme sexuel en Ukraine, solidarité avec l'Iranienne Sakineh accusée d'adultère et condamnée à la lapidation, soutien aux prisonniers politiques du dictateur biélorusse Loukachenko, aux Pussy Riot condamnées à deux ans de prison par la Russie de Poutine, dénonciation des postures rétrogrades de l'Eglise, de la charia qui se voudrait Constitution... Au fil de l'évocation de leurs « actions », le documentaire dessine la cohérence de leur engagement. Fort d'un tissage joyeux et combatif d'archives, d'une scansion inventive des thématiques littéralement peintes sur les peaux, le film s'adosse aux propos d'Inna Shev­chenko, figure emblématique des Femen, comme fil rouge de la narration. Exilée en France pour « blasphème », elle achève de préciser les contours de leur message laïque et subversif : « Là où commence la religion, le féminisme s'achève. » — Marie Cailletet

 

(1) Dont France 5 vient de diffuser la série d'enquêtes en quatre volets sur Les Réseaux de l'extrême.

 

Diffusé dans le cadre d'« En avant toutes ! », programmation spéciale de France Télévisions, du samedi 2 au vendredi 8 mars, Journée de la femme, ce documentaire ouvre la nuit Infrarouge XXL : « Elles livrent bataille ! ». Suivront : Viol, elles se manifestent, d'Andrea Rawlins-Gaston, à 23h55 (lire ci-contre) ; Simone Veil, une loi au nom des femmes, de Valérie Manns et Richard Puech, à 3h20 ; Sexe, mensonges et harcèlement, de Clarisse Feletin, à 4h15. Ces documentaires seront disponibles sur Pluzz en offre gratuite, puis sur Pluzz VÀD.

Marie Cailletet

Via: telerama.fr


Short link: [Facebook] [Twitter] [Email] Copy - http://whoel.se/~pBQzN$2La

This entry was posted in FR and tagged on by .

About FEMEN

The mission of the "FEMEN" movement is to create the most favourable conditions for the young women to join up into a social group with the general idea of the mutual support and social responsibility, helping to reveal the talents of each member of the movement.

Leave a Reply