Tunisie : quatre mois ferme, le topless !

Journaliste, écrivain.
Nicolas Gauthier est auteur avec Philippe Randa des Acteurs de la comédie politique. 29 € À commander en ligne sur francephi.com.

Non sans raison, notre charmante consœur Gabrielle Cluzel notait récemment qu’il y avait plus de risques à jouer les Femen à Tunis qu’à Paris ou Berlin. Pas faux. Trois de ces pétroleuses, deux Françaises et une Allemande, sont allées exhiber leurs roploplos devant le tribunal de Tunis. Elles ont écopé de quatre mois de prison ferme.

Déjà, il faudra qu’on nous explique ce qu’il y a de révolutionnaire à dégrafer son soutien-gorge en public. On pourrait tout aussi bien se tirebouchonner le falzar jusqu’aux chevilles et brandir bijoux de la couronne devant l’ambassade d’Israël à Paris, juste histoire de soutenir nos frères de Palestine, qu’ils soient chrétiens ou musulmans : on peut légitimement douter de l’efficacité géopolitique d’un tel happening sur le long terme. Et ne pas s’étonner de se faire attraper par la maréchaussée française, qui en a pourtant vu bien d’autres, pour être ensuite traîné devant le juge pour « atteinte aux bonnes mœurs ».

À propos de ces provocateurs à deux euros cinquante, Jacques Chirac avait eu les mots justes à propos d’un autre grossier personnage, Salman Rushdie et ses Versets sataniques, condamnés par l’Iran de l’ayatollah Khomeini, mais aussi par Jean-Paul II : « Je n’éprouve que mépris pour ces gens qui tentent de faire carrière sur le scandale ! »

Eh oui, c’est tout le problème des Femen. Aller chercher les embrouilles pour ensuite se plaindre d’une inévitable rouste et de prévisibles poursuites judiciaires. Car, à ce compte, pourquoi ne pas faire défiler le KKK dans les rues de Harlem, organiser une soirée barbecue à Yad Vashem, une foire aux cochons dans la Grande mosquée de La Mecque, en attendant une soirée mousse/techno/backroom dans la cathédrale de Chartres ?

Albert Camus, écrivain valant largement la relecture, affirmait que son père lui avait toujours assené cette phrase : « Un homme, ça s’empêche. » Les Femen pourraient en prendre de la graine. La pudeur, notion tombée en désuétude de ce côté de la Méditerranée, est encore en vigueur chez nos voisins du Maghreb. Certes, ils peuvent voiler leurs femmes. Mais il nous arrive plus souvent qu’à notre tour de les mettre à poil pour vendre du yaourt et des aspirateurs. On a droit de se demander où niche encore la civilisation…

Au fait, à propos de ces Femen, un cher ami me confiait ce matin-même : « Quand je vois ces roulures, je suis plutôt fier d’être homosexuel ! » On a déjà entendu plus sot.

PrintFriendly and PDFImprimer

Via: bvoltaire.fr


Short link: [Facebook] [Twitter] [Email] Copy - http://whoel.se/~9KDKA$3BB

This entry was posted in FR and tagged on by .

About FEMEN

The mission of the "FEMEN" movement is to create the most favourable conditions for the young women to join up into a social group with the general idea of the mutual support and social responsibility, helping to reveal the talents of each member of the movement.

Leave a Reply