Christianophobie : les commandos de la haine

« Le terrorisme version Femen va bientôt commencer… tic, tac, tic, tac… » Publié sur Twitter le 1er janvier sous la signature d’un groupuscule de droite, les Hommen par exemple, ce message n’aurait pas manqué de susciter une enquête de police, la mise en garde à vue de ses auteurs, la fermeture du compte en question et la dissolution du groupe militant dont il est issu. Mais l’auteur du message étant un groupe féministe et antichrétien, cette annonce est passée comme une lettre à la poste…

Le terrorisme version Femen, à vrai dire, a déjà commencé, et l’indulgence dont elles jouissent de la part des pouvoirs publics ne date pas d’hier. Depuis leur implantation en France en 2012, ces féministes ukrainiennes radicales, adeptes de la nudité agressive (voir notre encadré en page 28), ont multiplié en toute impunité les provocations et les insultes, notamment contre les opposants au mariage gay ou contre l’Église catholique : le 18 novembre 2012, déguisées en nonnes et slogans blasphématoires peints sur leur poitrine nue, des Femen agressent des manifestants de l’institut Civitas en les aspergeant avec des extincteurs ; le 12 février 2013, huit d’entre elles avaient “célébré” la renonciation de Benoît XVI en investissant Notre-Dame, slogans du type “Le pape, c’est fini” tagués sur le corps, frappant sur les nouvelles cloches de la cathédrale, temporairement exposées dans la nef, en endommageant une au passage…

Aucune militante n’a été placée en garde à vue ; leur procès, qui aurait dû avoir lieu en septembre 2013, a été repoussé à février 2014 pour leur permettre de mettre en cause les gardiens de la cathédrale, qu’elles accusent de violence, suivant leur tactique habituelle de reporter sur leurs victimes la responsabilité des désordres qu’elles causent. Le 22 mai, toujours à Notre-Dame, une autre Femen avait mimé un suicide, pour tourner en dérision celui, commis la veille, de l’historien Dominique Venner, à qui elle souhaitait charitablement de “reposer en enfer”…

Ambitieuses, les Femen ne veulent pas seulement en finir avec la papauté, elles proclament aussi que “Noël est annulé” : c’est du moins le thème de la campagne lancée par le mouvement à l’approche de la fête de la Nativité. Le 19 décembre, Inna Shevchenko s’était dépoitraillée place Saint-Pierre pour exhiber ce slogan. Le jour de Noël, d’autres “sextrémistes” ont perturbé des messes à Dublin ou à Cologne.

À Paris, le matin du 20 décembre, une Femen française, Éloïse Bouton, qui se présente comme journaliste mais qui, selon certains, serait aussi escort girl à ses heures, se dénudait dans l’église de la Madeleine et, la poitrine marquée de la mention “344e salope” (une allusion au “Manifeste des 343 salopes” pour la légalisation de l’avortement, en 1971), mimait “l’avortement de Jésus” avec un morceau de foie de veau… Les Femen ont nié qu’elle ait uriné devant l’autel comme on l’en a accusée, précisant néanmoins sur Twitter : « Mais merci, c’est une bonne idée d’action, on y songera ! »

Alors que ces derniers mois il suffisait de se promener dans Paris avec un T-shirt de La Manif pour tous pour se retrouver illico en garde à vue, cette mise à nu dans une église a trouvé les pouvoirs publics beaucoup plus bienveillants… Une semaine plus tard, les Femen n’avaient toujours pas été inquiétées, permettant à Inna Shevchenko d’ironiser : « Rien ne s’est passé, Éloïse n’a pas été appelée par la police. Cela montre combien l’Église est devenue faible en France… »

Il faudra attendre le 8 janvier pour qu’Éloïse Bouton soit mise en garde à vue pour “exhibition”, suite à la plainte du père Bruno Horaist, le curé de la Madeleine. Comme il faudra attendre ce même 8 janvier pour que Manuel Valls, au détour d’un tiède communiqué sur la profanation de l’église parisienne Sainte-Odile, survenue le 4 janvier, se décide à qualifier l’action de la Madeleine de “provocation inutile” : un communiqué qui s’apparente fort à un service minimum, confortant le sentiment qu’ont les fidèles, selon le père Horaist, que les autorités « ne portent pas la même attention à toutes les religions »...Lire la suite...

Via: valeursactuelles.com


Short link: [Facebook] [Twitter] [Email] Copy - http://whoel.se/~wic8a$4iJ

This entry was posted in FR and tagged on by .

About FEMEN

The mission of the "FEMEN" movement is to create the most favourable conditions for the young women to join up into a social group with the general idea of the mutual support and social responsibility, helping to reveal the talents of each member of the movement.

Leave a Reply