Non, tout n’est pas permis contre Caroline Fourest !

Philippe de Saint Robert est un esthète. Ardent défenseur de la langue française qu’il manie admirablement bien. Gaulliste traditionnel, il a écrit de nombreux livres qui se distinguent par leur forme élégante et raffinée. Mais depuis un certain temps, il se consacre à la lecture de ceux écrits par d’autres. Et il les commente.

Tous les mois, il se publie en France des dizaines de livres. Comment trier, parmi eux, les textes dont le critique souhaite s’emparer ? Philippe de Saint Robert a fait son tri. Et curieusement il a choisi un texte amoureux de Caroline Fourest consacré à Inna Shevtchenko, une des Femen, sa passion du moment. Les Femen sont souvent agressives et excessives. M. de Saint Robert l’est aussi. Caroline Fourest est parfois hystérique. M. de Saint Robert ne l’est pas : il considère sans doute que cette pathologie ne peut être que féminine.

C’est bien sûr écrit en excellent français (le texte de M. de Saint Robert, pas celui de Caroline Fourest). Avec une fougue vindicatrice qui ne laisse aucun doute sur les engagements du critique littéraire. Le succès est assuré : taper sur Caroline Fourest donne du plaisir à beaucoup de gens. Et parmi eux, quelques allumés (Identitaires ou Civitas) qui, lors d’une des Manif pour tous, ne se sont pas privés de la taper réellement…

M. de Saint Robert, comme tous les artistes, connaît bien son public. Tout autre que lui aurait laissé le livre de Mlle Fourest dans la pile des non lus. Mais, n’est-ce pas, à la guerre comme à la guerre… Philippe de Saint Robert a publié plusieurs textes, fort beaux, sur Montherlant. Un fervent catholique comme lui. Ce qui ne l’empêchait pas, mais pas du tout, d’aimer les jeunes garçons. On peut souhaiter que M. de Saint Robert écrive encore sur Montherlant.

Quant au public, il est au rendez-vous. Sous l’article. Plusieurs étages, des milliers d’étages, en dessous. Et là, dans les commentaires, ça suinte carrément la haine. Visqueuse et vulgaire. Dans son texte, M. de Saint Robert fait de Caroline Fourest une « redoutable fouine ». Un commentateur se demande – finement – s’il ne faudrait pas remplacer le « f » de « fouine » par un « g ». Un autre parle de « gigot à l’ail »… Un autre encore la qualifie de Tartuffe mais en l’appelant « Tartouffe »… Et enfin – les citer tous donnerait la nausée – on apprend que ce dont les Femen ont besoin c’est d’un Rocco Siffredi, cette illustre star du porno infatigable et bien membré.

Je nourris un rejet très fort à l’égard des gesticulations de Caroline Fourest. Mais j’ai un mépris encore plus grand pour ceux qui bavent ainsi sur elle. Le meilleur commentaire que j’ai lu tient en quelques mots : « Elle est folle ». Je m’empresse d’y souscrire. Folle pour folle, il y a en a une autre : la très catholique Christine Boutin.

Elle vient de déclarer que « l’homosexualité était une abomination ». Ce qui a scandalisé jusqu’à la direction de l’UMP. Quelques mois auparavant elle s’était rendue à Téhéran où, à la télévision, elle était apparue voilée. Heureux pays que l’Iran ! Là-bas, les homosexuels sont mis à mort. Et les Femen, si on en attrapait, seraient pendues par les seins. Je ne doute pas un seul instant que de nombreux adversaires de Caroline Fourest soient prêts à s’expatrier là-bas…  

Via: atlantico.fr


Short link: [Facebook] [Twitter] [Email] Copy - http://whoel.se/~XDJNP$50k

This entry was posted in FR and tagged on by .

About FEMEN

The mission of the "FEMEN" movement is to create the most favourable conditions for the young women to join up into a social group with the general idea of the mutual support and social responsibility, helping to reveal the talents of each member of the movement.

Leave a Reply