Salon musulman de Pontoise, à qui profite la confusion ?

Salon musulman de PontoiseUne pétition pour dénoncer la présence de prédicateurs fondamentalistes, une intervention des Femen applaudie par des réacs, une élue priée de quitter le PS… puis un démenti. Quand l’inaction politique nourrit le sexisme.


 
Les 12 et 13 septembre derniers se tenait à Pontoise, en région parisienne le « Salon Musulman » du Val d’Oise sur le thème « La femme à l’honneur ». D’un côté de « gentilles » animations autour de la cuisine, du shopping, de l’art d’éduquer les enfants… Bref tout ce qui peut participer, à la manière des magazines féminins, à ce que Pierre Bourdieu appelait « la soumission enchantée » des femmes. Et d’un autre côté, des discours de prédicateurs fondamentalistes connus pour les injonctions rétrogrades et violentes qu’ils adressent aux femmes musulmanes et à leurs maris.

Avant même que le salon n’ait lieu, une pétition dénonçait la présence de prédicateurs « tels que Nader Abou Anas, connu pour avoir légitimé le viol conjugal et plus largement la soumission de la femme » et appelait la ville de Pontoise à « s’opposer à cette manifestation idéologique »

La manifestation a pourtant bien eu lieu et les prédicateurs se sont efforcés de modérer leurs propos, jusqu’à ce que des Femen interrompent leur discours en apparaissant seins nus aux cris de « Personne ne me soumet ! Personne ne me possède ! Je suis mon propre prophète ! »… et soient brutalement jetées dehors, comme c’est souvent le cas lorsqu’elles surgissent pour dénoncer le sexisme.

Là-dessus, l’auteur de la pétition, Josselin Benetreau a cru bon d’écrire qu’il était en désaccord avec cette action des Femen parce qu’elle « offre une posture victimaire aux prédicateurs et renforce les convictions de leur auditoire ». Tandis que sur les réseaux sociaux les Femen étaient applaudies pour leur courage.

Dans le même temps, Céline Pina, conseillère régionale du Val d’Oise, est montée au créneau dans une interview au Figaro puis dans d’autres médias. Elle reproche aux élus, et particulièrement à ceux de son camp, de laisser prospérer ces prédicateurs par pur clientélisme pour récupérer de précieuses voix au moment où l’abstention bat son plein. Ce clientélisme fait de nombreuses victimes. L’ensemble des musulmans et en particulier les femmes considérées comme impures et jetées en pâture aux intégristes si elles ne se conforment pas à certains comportements édictés par les prédicateurs.

Puis un bruit a couru selon lequel le patron du PS du Val d’Oise, Rachid Temal, aurait voulu exclure Céline Pina du parti. Mais dans une nouvelle interview au Figaro, cette dernière a indiqué : « Je ne pense pas qu’un texte aussi peu abouti ait pu être validé par le premier secrétaire de mon parti. » Le PS a démenti. Néanmoins, l’élue socialiste regrette toujours le silence coupable de la gauche.

Mais c’est dans les journaux de droite, voire très à droite, qu’elle est le plus entendue. Y compris dans Causeur qui devient soudain féministe après avoir consacré son numéro d’été à « la terreur féministe » et avait lancé le tristement célèbre « manifeste des 343 salauds ». Et au final, ce sont les groupes les moins enclins à défendre habituellement les droits des femmes qui assurent que le salon musulman aurait dû être interdit.

Pouvait-il l’être ? La secrétaire d’Etat aux droits des femmes, Pascale Boistard qui s’exprimait jeudi 17 septembre lors d’un colloque sur les « femmes face aux intégrismes » a estimé que « rien ne serait pire que des effets d’annonce aux bases juridiques fragiles et qui donnent par la suite des victoires aux adversaires de l’égalité ». Dès les premiers signalements, elle a demandé au ministère de l’Intérieur de saisir le préfet du Val d’Oise. Et a indiqué que « [l]a loi ne nous permet pas d’interdire des événements de cette nature avant leur tenue puisqu’on ne peut pas présager avec certitude que des propos condamnables vont y être exprimés ». Et ajoute : « nous avons pris les dispositions nécessaires pour que des poursuites soient engagées si de tels propos étaient prononcés. Aucun propos contraire aux lois de la République ne peut être toléré. » De fait, selon le journaliste de Buzzfeed présent sur place, David Perrotin, les prédicateurs se sont bien gardés, lors du salon, de tenir des propos contraires à la loi.

Il n’empêche, Céline Pina le dénonce : dans certains quartiers, l’influence de ces fondamentalistes est telle qu’il est impossible d’être une femme non voilée. Elle rapporte le témoignage d’une femme qui a fini par céder en raison des insultes qui lui était directement adressées et surtout de celles qui étaient adressées à ses enfants. Sur RMC dans Bourdin direct, l’élue fait observer que quand se tient un meeting FN, par exemple, intellectuels et politiques dénoncent la pensée qu’il y a derrière. Là, c’est le silence. Céline Pina le dit dans Le Figaro : « Derrière l’abandon d’une parole forte face aux atteintes portées aux droits des femmes, ce sont nos libertés publiques, nos fondamentaux que la classe politique ne paraît plus en mesure de défendre. »
 

Tous les articles de la rubrique Point de vue

Open all references in tabs: [1 - 9]

Via: lesnouvellesnews.fr


Short link: [Facebook] [Twitter] [Email] Copy - http://whoel.se/~gC2Xk$6Kf

This entry was posted in FR and tagged on by .

About FEMEN

The mission of the "FEMEN" movement is to create the most favourable conditions for the young women to join up into a social group with the general idea of the mutual support and social responsibility, helping to reveal the talents of each member of the movement.

Leave a Reply