Une Femen se fait passer pour une journaliste et fait irruption à l …

Une Femen pourtant bien connue a été expulsée de l’Assemblée nationale après avoir réussi à perturber un point de presse de la ministre Hélène David, en exhibant sa poitrine.


  • Une manifestante interrompt la Ministre de la Culture et des Communications Helene David en point de presse jeudi le 30 Avril 2015 au Parlement de Quebec.SIMON CLARK /JOURNAL DE QUEBEC /AGENCE QMI

    SIMON CLARK /JOURNAL DE QUEBEC


  • Une manifestante interrompt la Ministre de la Culture et des Communications Helene David en point de presse jeudi le 30 Avril 2015 au Parlement de Quebec.SIMON CLARK /JOURNAL DE QUEBEC /AGENCE QMI

    SIMON CLARK /JOURNAL DE QUEBEC


  • Une manifestante interrompt la Ministre de la Culture et des Communications Helene David en point de presse jeudi le 30 Avril 2015 au Parlement de Quebec.SIMON CLARK /JOURNAL DE QUEBEC /AGENCE QMI

    SIMON CLARK /JOURNAL DE QUEBEC


  • Une manifestante interrompt la Ministre de la Culture et des Communications Helene David en point de presse jeudi le 30 Avril 2015 au Parlement de Quebec.SIMON CLARK /JOURNAL DE QUEBEC /AGENCE QMI

    SIMON CLARK /JOURNAL DE QUEBEC/A


  • Une manifestante interrompt la Ministre de la Culture et des Communications Helene David en point de presse jeudi le 30 Avril 2015 au Parlement de Quebec.SIMON CLARK /JOURNAL DE QUEBEC /AGENCE QMI

    SIMON CLARK /JOURNAL DE QUEBEC/A


  • Une manifestante interrompt la Ministre de la Culture et des Communications Helene David en point de presse jeudi le 30 Avril 2015 au Parlement de Quebec.SIMON CLARK /JOURNAL DE QUEBEC /AGENCE QMI

    SIMON CLARK /JOURNAL DE QUEBEC/A

La militante avait préalablement réussi à obtenir un laissez-passer de presse temporaire en se faisant passer pour une journaliste de Next, le magazine culture du quotidien français Libération.

Elle a même pu assister à la période des questions au Salon bleu, du haut de la galerie de la presse, sans déranger.

Une simple recherche sur Google aurait toutefois permis de constater que Neda Topaloski avait réussi un coup d’éclat similaire à Ottawa, le 23 mars dernier, en forçant l’interruption des travaux à la Chambre des communes en guise de protestation contre le projet de loi C-51.

La ministre de la Culture amorçait un point de presse dans le «hot room», en fin d’avant-midi, jeudi, lorsque la militante du groupe Femen s’est précipitée à ses côtés, devant les caméras.

« Non à la loi 20! »

Après avoir enlevé son chandail, Neda Topaloski s’est mise à scander «avortement, priorité!» et «non à la loi 20».

Le groupe Femen a plus tard revendiqué le geste, par voie de communiqué.

« Nous exigeons l’accès libre, gratuit et inconditionnel à l’avortement », réclame Femen Québec.

Notons que le gouvernement s’est empressé d’assurer qu’il n’était pas question de limiter l’accès à l’avortement avec le projet de loi 20, le mois dernier, alors que des informations rapportées dans certains médias laissaient entendre le contraire.

Vers un rehaussement de la sécurité

À l’Assemblée nationale, l’irruption d’une activiste en pleine salle de conférence de presse a relancé de plus belle le débat sur l’amélioration des mesures de contrôle et de sécurité.

Il s’est écoulé environ une trentaine de secondes avant que la sécurité intervienne pour expulser la perturbatrice, sous le regard ébahi de la ministre David.

Aucun garde du corps ne se trouvait aux côtés de la ministre David à ce moment-là, puisque le point de presse avait lieu à la salle Bernard-Lalonde de l’Assemblée nationale, communément appelée le « hot room », dont l’accès est strictement réservé aux journalistes de la presse parlementaire.

Cette salle étant située tout juste au-dessus du poste de sécurité par où circulent les députés et le personnel politique, les renforts n’ont pas tardé à arriver.

Mme Topaloski a tenté tant bien que mal de résister à son expulsion en s’agrippant à tout ce qui se trouvait sur son chemin, du lutrin de la salle de presse jusqu’aux portes de l’ascenseur.

Des élus inquiets

Dans l’entourage d’Hélène David, on n’a clairement pas apprécié que la ministre ait pu être approchée d’aussi près par quelqu’un qui n’aurait normalement pas dû être autorisée à circuler à l’intérieur de l’Assemblée nationale.

À la Tribune de la presse, une copie des demandes d’accréditations temporaires sont systématiquement envoyées au service de sécurité de l’Assemblée nationale, à qui le travail de vérification revient.

« C’est une déception pour la Tribune de la presse de constater qu’un tel événement a pu être possible », a déclaré le président de la Tribune de la presse, Alexandre Robillard, qui craint que les journalistes de la presse parlementaire en subissent les contrecoups.

« On a assisté à une faille assez importante du système », a déploré le député caquiste de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, qui n’ose pas imaginer ce qui aurait pu se produire, si quelqu’un de mal intentionné réussissait à se faufiler de la sorte jusqu’aux côtés d’un élu.

« C’était facile de savoir que cette personne-là, non seulement elle n’était pas journalistes, mais qu’elle était activiste, a souligné le député caquiste. Il ne faut pas que ça se reproduise, surtout pas à l’intérieur du parlement. »

Des excuses à Mme David

Par communiqué, en fin de journée, la direction des communications du parlement a fait savoir que cet événement amènera l'Assemblée nationale à revoir ses façons de faire.

« Des discussions avec la Tribune de la presse seront entamées immédiatement pour en arriver à concilier le droit du public à l’information et la sécurité des députés », peut-on lire dans le communiqué.

« L’Assemblée regrette profondément les événements d’aujourd’hui et tient à s’excuser auprès de ses membres, particulièrement auprès de la ministre de la Culture et des Communications, Madame Hélène David. »

 


Open all references in tabs: [1 - 9]

Via: journaldemontreal.com


Short link: [Facebook] [Twitter] [Email] Copy - http://whoel.se/~cg8EB$61Z

This entry was posted in FR and tagged on by .

About FEMEN

The mission of the "FEMEN" movement is to create the most favourable conditions for the young women to join up into a social group with the general idea of the mutual support and social responsibility, helping to reveal the talents of each member of the movement.

Leave a Reply