Derrière les corps (Gérard Biard)

Bien sr, il y a la biographie-portrait d’Inna Shevchenko, l’tudiante brillante devenue, en quelques coups de trononneuse sur une croix, l’grie-leader de Femen, et qui, depuis son refuge franais du Lavoir moderne parisien, dirige ses troupes rvolutionnaires avec l’intransigeance d’une commissaire politique.

Il y a aussi la chronique la premire personne d’une longue anne de folie furieuse, au cours de laquelle Caroline Fourest, dans son combat politique, a d affronter — entre autres — la haine cumante des opposants au mariage pour tous et ce mlange d’hystrisation et de confusion qui parat dsormais devoir s’emparer de tous les dbats. Mais il y a surtout, au cœur de ce livre qui adopte tout naturellement la structure et les codes du roman, parce que son sujet est, de l’aveu mme de l’auteure,  un personnage romanesque , une rencontre, qui fait basculer l’œuvre  journalistique  que l’on pensait tenir en mains vers un rcit autre, qui donne parfois ses deux protagonistes principales, bien relles, des allures d’hrones de fiction.

Inna, c’est donc avant tout le rcit de la rencontre entre une jeune activiste grandie dans une Ukraine post-sovitique gangrne par le machisme et la  tutelle  russe, o la seule alternative qui s’offre aux jeunes filles est de devenir, au sens propre, maman ou putain, et une fministe humaniste nourrie d’esprit des Lumires — Olympe de Gouges comprise —, qui s’est construite dans une dmocratie. Entre une  guerrire  de 23 ans qui s’interdit toute faiblesse et repousse tout ce qui pourrait la dtourner de son combat, et une journaliste, sduite mais mfiante, qui excre tout radicalisme, qu’il soit politique ou amoureux, et qui se retrouve confronte ce grand chaos comportemental qu’on appelle  l’me slave ... Cette rencontre, au flou intime savamment entretenu, entre deux femmes militantes, produit logiquement quelques tincelles, courant tantt positif, tantt ngatif.

Et ce sont ces tincelles qui permettent Caroline Fourest de signer, in fine, le livre qu’aucun autre journaliste n’aurait pu — ou voulu — crire : celui qui ouvre d’autres portes, plus  humaines , sur Femen, ce mouvement la fois radical et pacifiste devenu le symbole d’un  nouveau fminisme  de combat, et sur la plus iconique de ses figures de proue. Il lui a certes fallu pour cela se transformer en quelque sorte, elle aussi, en personnage romanesque, ce qui n’est pas sans risque quand on est journaliste, essayiste et chroniqueuse en vue. Mais l’exercice l’autorise ajouter une ligne supplmentaire, non usurpe, son CV : crivaine.

Grard Biard
Charlie Hebdo

 Inna ,
Caroline Fourest. Ed. Grasset

Via: prochoix.org


Short link: [Facebook] [Twitter] [Email] Copy - http://whoel.se/~OytwV$4pp

This entry was posted in FR and tagged on by .

About FEMEN

The mission of the "FEMEN" movement is to create the most favourable conditions for the young women to join up into a social group with the general idea of the mutual support and social responsibility, helping to reveal the talents of each member of the movement.

Leave a Reply